Comment voyez-vous le travail manuel ?

 

Depuis longtemps
le travail manuel
est dévalorisé dans notre pays.

 

On oppose
dans notre société moderne,
le travail intellectuel
au manuel.
Actuellement, tout donne à penser
que les intellectuels
seraient supérieurs aux manuels.

 

Seuls ceux qui ne sont pas habiles de leurs mains
peuvent penser comme ça.
La vraie intelligence est bien de savoir se servir
de notre tête et de nos mains,
et les plus beaux outils que l’homme à,
sont bien ses mains.

 

L’homme a oublié
qu’il n’a pu être ce qu’il est devenu
que grâce à ses mains.

 

Ses mains lui ont permis de pouvoir évoluer,
de pouvoir prendre, serrer, tenir avec une précision étonnante,
et c’est cette différence avec les autres êtres vivants
qui lui on permis cette évolution incroyable.
Bien sûr, toutes seules ses mains
ne lui auraient pas été d’une grande utilité,
c’est la complicité étroite entre son cerveau
et ses mains qui ont permis cela.
Et si vous avez un cerveau qui fonctionne bien,
vos mains seront des outils parfaits.

 

 Quand j’entends quelqu’un dire :

« je ne suis pas habile de mes mains ».
C’est surtout la volonté à ne pas vouloir reconnaître
les capacités extraordinaires de ses mains
qu’il met en avant,
ou celle de ne pas vouloir s’identifier à un manuel,
et ses pensées induisent chez lui un manque d’habilité.
Il n’a apparemment aucun problème
à utiliser une fourchette et un couteau
qui demandent agilité et précision,
tout simplement parce qu’il a appris à s’en servir.
On voit encore là, la relation étroite
entre le cerveau et l’utilisation des mains.

 

Il est indispensable d’avoir un cerveau
qui fonctionne bien
pour être un bon manuel.
Quand on dit d’un artisan qu’il est doué,
qu’il est habille,
on pourrait souligner également
son intelligence à utiliser ses mains.

 

Qu’est-ce qui fait un bon manuel ?

C’est sa spécificité à pouvoir concentrer son cerveau
à une activité manuelle,
par l’intérêt qu’il y porte, par le plaisir qu’il en retire,
par la satisfaction qu’il a à travers la reconnaissance de l’exploit
de ce qu’il est capable de réaliser.
Il est important de remarquer le sens artistique
et créatif indispensable à beaucoup de réalisations manuelles,
ce qui démontre bien une part intellectuelle présente
dans ces métiers ainsi qu’un grand savoir-faire.
L’intellectuel fonctionne de la même manière,
sauf que son point d’intérêt est différent,
mais en aucune manière moins bien ou mieux.
Il est donc ridicule de valoriser les métiers dits « intellectuels »
au détriment des métiers dit « manuels »,
ils sont tout simplement différents
et ont tous deux un grand intérêt.

 

Alors pourquoi, l’un a pris le dessus sur l’autre ?

L’intellectuel étant principalement dans la pensée,
il a réussi à s’imposer et à prendre le pouvoir
en se décrétant penseur pour les autres.
Accédant plus facilement à des postes à responsabilité,
il s’est octroyé par ce biais le pouvoir en classifiant les métiers manuels
comme moins valorisants et donc moins rémunérés.
Il faut rappeler que le soi-disant intellectuel
ne serait pas grand-chose sans les manuels,
il ne pourrait produire aucun bien, aucun outil,
il pourrait les penser, mais ne pourrait pas les réaliser,
il n’aurait pas de stylo ou d’ordinateur
à sa disposition pour écrire ses pensées.
Il ne pourrait se nourrir, ne travaillant pas la terre.
il serait dans l’incapacité de déboucher ses « chiots »,
ce qui le mettrait dans le caca !

 

Il est important
de reprendre conscience de ces faits
qui font tellement partie de notre quotidien
que l’on fini
par ne plus y porter attention.

 

La récupération du pouvoir
par « ceux qui pensent »
a permis un classement
de la reconnaissance des valeurs
en ne prenant pas en compte  
le savoir-faire manuel.

 

Cette reconnaissance a été établie
par une échelle de salaires en défaveur des manuels,
ce qui est une aberration et une forme
de manipulation et de discrimination.
L’intérêt étant pour les intellectuels, entendez bien par là,
ceux qui ont suivi des études,
de se garder le pouvoir et de se montrer supérieur
en créant des classes sociales.
Bien sûr, en y mettant les manuels au plus bas de l’échelle.
Ce dysfonctionnement s’est mis en place petit à petit
avec l’apparition des monarques
et de leurs cours, les bourgeois qui,
se servant de leur pouvoir financier ont soumis
les manuels à leurs dictats.
Rien n’a changé depuis,
ces fonctionnements archaïques se sont mêmes amplifiés.
L’évolution humaine étant extrêmement lente,
elle n’arrive pas à sortir de ses carcans qu’elle s’est fabriqués,
ce qui avantage toujours les mêmes
au détriment de la masse,
puisqu’ils créent les lois à leurs avantages.

 

Les manuels
doivent reprendre leur place,
ils doivent se revaloriser
pour se donner le pouvoir
de reprendre leurs droits.

 

Il est essentiel qu’ils croient en eux et passent à l’action pour s’imposer
et ne pas laisser le champ libre à ceux en place
qui font tout pour garder leurs privilèges,
et surtout, ne rien partager.

 

La seule manière d’y arriver
est que tous les manuels se regroupent,
et soient solidaires
pour demander une revalorisation
de leur statut avec les avantages
qui vont avec.
Seule la fédération de l’ensemble
des personnes concernées
défendants un but commun
pourra faire évoluer les mentalités.

                                 GRATITUDE…

                                    Koko

Si vous aimez ce texte, faîtes connaitre zenlavie.com autour de vous   Merci

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *