Avez-vous l’impression que nous sommes en perte de sens ?

 

La quête de sens, c’est quoi ?

 

Vous qui ne pouvez pas vous déplacer sans votre bagnole chérie,
ce tas de ferraille de luxe que vous désiriez depuis si longtemps
et que vous avez fini par vous offrir
en vous collant un crédit sur le dos,
la quête d’essence est pour vous primordiale !

Mais qu’est-ce qui me raconte ce mec ?
Je vous rassure, je n’ai pas perdu la boule.
Si vous étiez avec votre joli joujou en perte d’essence, vous paniqueriez.
Mais pour vous, si vous êtes en perte de sens vous laissez couler,
vous ne vous mettez même pas en quête d’en trouver, du sens.
Roule ma poule, jusqu’à épuisement total de votre machine humaine
et cérébrale.
Abreuvé au fond de votre canapé,
par l’intermédiaire de la boîte rectangulaire,
la machine à hamburgers culturels nauséabonde,
platonique et alimentée de publicités branchouilles
qui suralimentent votre cerveau, prêt à le faire disjoncter.

 

Réveillez-vous les gars, les filles,

 

mettez-vous en quête de sens,
arrêtez de consommer ce qu’on vous sert sur un plateau
tout mâché et prédigéré,
ce que l’on vous sert c’est du « somnifère en tube cathodique »,
c’est pensé pour vous endormir.
Pour que vous ne vous rebelliez pas,
et que vous soyez de bons consommateurs inconscients.
Bosse, lâche ton fric et dors.

 

Le sens que vous donnez à votre vie est primordial,

 

c’est votre vie et vous n’en aurez qu’une,
à moins que vous soyez un pistonné des dieux,
alors si même là, il y a des pistonnés,
j’hallucine et je baisse les bras.

 

Je vous dis et je le pense, vous êtes unique
et vous méritez mieux
que ce que vous acceptez d’être,

 

retrouvez les sensations vraies de la vie,
donnez-vous les moyens d’être en vie
et ne restez pas à agoniser tous les soirs,
crevé par votre journée de travail,
lessivé par vos relations tendues,
au fond de votre canapé.

Prenez l’air.
Marchez dans la nature.
Sentez l’herbe humide sous vos pieds.
Grimpez en haut d’une montagne.
Observez un aigle où un moineau planer.
Respirez, remplissez-vous les poumons d’air frais.
Observez ce qui se passe autour de vous.
Recommencez-vous à la nature.
La vie, elle est là…

Ce n’est pas branchouille, c’est sûr,
ce n’’est pas branchouille,
non, c’est mieux que ça.

 

c’est superbranchouille.

 

C’est le top de la branchouillitude.
Vous allez en épater plus d’un,
quand vous allez leur raconter à vos petits copains,
votre exploit de randonnée,
vous allez étonner tout le monde quand vous serez capable
de leur raconter ce que vous avez ressenti
en regardant vivre un insecte,
un oiseau que vous aurez croisé lors de vos balades.

Là, vous commencez à vous remplir,
à remplir votre être des vraies sensations de la vie.
C’est aussi ça la vie,
mais peut-être que ça ne vous parle pas encore,
mais nous aurons l’occasion dans reparler…

           Gratitudes…

                                                                        Koko

 

Si vous aimez ce texte, faîtes connaitre zenlavie.com autour de vous   Merci

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *